CDEM

Planifiez votre voyage

Le parc provincial urbain d’Upper Fort Garry

Vous êtes au cœur de la colonie

Tiré de La Liberté du 10 au 16 août 2016

 

Le parc provincial du patrimoine d’Upper Fort Garry a été aménagé sur les décombres du fort original, presque complètement rasé à la fin des années 1880. Le parc, situé à l’est de Main entre Broadway et la rue Assiniboine, est maintenant ouvert au public.


L’espace entre les trois structures d’acier correspond au bastion nord-ouest de l’Upper Fort Garry, à l’époque où le fort avait une vocation militaire importante.

 

Gerald Friesen, professeur émérite en histoire à l’Université du Manitoba et membre du CA des Amis d’Upper Fort Garry, a participé à la conception du parc provincial d’Upper Fort Garry. Il aime faire valoir le sens historique du site :« L’Upper Fort Garry était très grand, il devait faire deux fois la taille du parc actuel. Le parc couvre surtout la moitié nord du fort, où se trouvait la maison du gouverneur, et tout ce qui était formel ou cérémonial. La moitié sud, qui descendait jusqu’à l’Assiniboine et qui s’étendait sur une grosse portion de l’actuelle Main, abritait les casernes, les entrepôts, et la prison. »

 

« De 1835 à 1837, l’Upper Fort Garry a été reconstruit en pierre, avec quatre bastions, à des fins militaires et pour gérer la traite des fourrures. La partie sud du fort a été construite en premier, et donne sur la rivière, l’autoroute de l’époque. Le centre-ville, évidemment, n’existait pas encore.  Dans les années 1840-1850, l’importance croissante du fort a nécessité de doubler sa taille. L’addition, au nord, avait des murs de bois. »

 

L’historien tient à souligner une chose : « C’est de loin le site de traite de fourrures et d’histoire militaire le plus important du Manitoba. (Voir l’encadré : Le berceau du Manitoba) L’importance accordée au Lower Fort Garry tient uniquement à des concours de circonstances. »

 

Situé à 32 kilomètres au nord du Upper Fort Garry, le Lower Fort Garry est un fort original préservé. Tandis que l’actuel fort Gibraltar est une reconstitution historique entamée au début des années 1980. Gerald Friesen souligne que la réinvention de l’Upper Fort Garry répond à d’autres objectifs.

 

« À part la porte du gouverneur, qui n’a jamais été démolie, l’Upper Fort Garry n’est ni un artefact, ni une reconstitution. C’est un parc provincial urbain parce que pour l’instant, on n’a pas l’argent pour faire des fouilles sur la totalité du site. »

 

Le parc actuel, conçu par l’architecte Garry Hilderman, comporte également des structures en acier rouillé là où se dressaient les remparts.

 

Au printemps 2016, il y a eu une nouvelle addition au parc. À quelques pas de l’endroit de l’ancien mur ouest, du côté de l’actuel hôtel Fort Garry, il y a un mur d’acier aux dimensions du mur original.

 

Gerald Friesen précise le rôle de ce mur : « Le mur est composé de quatre grandes plaques d’acier découpées en bas-reliefs pour représenter des moments charnières de l’Ouest canadien et de la Rivière-Rouge.

 

« Le coin sud du mur d’acier met en valeur la présence autochtone, et puis souligne le premier contact entre ces peuples et les colons. Une part de la planification portait sur la manière de représenter l’histoire de l’Ouest. Nous voulions offrir un aperçu stimulant de l’histoire, voire même provoquant. 

 

« Le mur tient aussi compte du curriculum des sciences sociales des élèves des 5e, 6e et 11e années. La structure se veut une ligne du temps physique, qui raconte l’histoire de l’Ouest en une quarantaine d’images. 

 

« Mais quel type d’histoire voulait-on représenter? Disons l’histoire de la culture et de la communication, ainsi que l’histoire des changements dans la composition de la population. On voit l’arrivée des Européens, et puis le passage du canoë au bateau à vapeur, et l’arrivée du premier train. (Voir l’encadré : L’histoire sur un mur, en trois conflits) »

 

Pour que le visiteur puisse explorer davantage la signification historique d’Upper Fort Garry, une application pour téléphones mobiles est en développement. Gerald Friesen a participé à l’écriture des textes historiques pour l’application.

 

« Pour vraiment avoir le sens d’où tu te trouves dans le vieux fort, tu peux ouvrir l’application sur ton mobile et voir des photos et des peintures. Il y a aussi des condensés historiques d’environ 150 mots. »

 

Les textes de l’application et du site web d’Upper Fort Garry sont actuellement en cours de traduction. Le tout devrait être prochainement disponible dans les deux langues officielles.

 

Parmi les autres ajouts en cours au fort, il y a l’éclairage DEL du mur d’acier qui doit compter au final 7 000 diodes, ainsi qu’un système de son. Les Amis d’Upper Fort Garry sont aussi à la recherche de fonds, pour un jour bâtir un centre d’interprétation sur le site.

Commandez votre magazine

Feedback Form