CDEM

Planifiez votre voyage

Seuls avec la nature

Campeurs, si vous fuyez les parcs provinciaux bondés de monde pendant l’été, vous trouverez refuge près de Saint-Malo, dans le sud du Manitoba! Les bords de la rivière Roseau vous offriront un espace de tranquillité et de repos garantis, loin des lumières de la ville. Adeptes des grands espaces et du camping sauvage, Lucien et Lucienne Loiselle ont testé pour vous O’Roseau.

« Nous campons tous les étés en famille sur le terrain O’Roseau, raconte Lucienne Loiselle. C’est la tranquillité que nous venons chercher, c’est le son de la rivière et des rapides et le calme de la nature. »

Les amateurs de camping autonome y trouveront leur compte, car ici, ce n’est pas l’espace qui manque. Cinq acres de pré sont aménagées pour les campeurs et il y en a pour tous les goûts. Chacun trouvera son recoin idéal, plus proche de la rivière, au sein d’un groupe ou encore plus isolé.

« Nous sommes situés dans la vallée de la rivière Roseau, explique le propriétaire de O’Roseau, Georges Beaudry. On est entourés de grandes falaises de sables. Personne ne connaît cette vallée, mais c’est magnifique. Tout le long de la rivière, il y a des belles plages isolées de sable blanc. »

Dans une ambiance familiale

« C’est l’endroit idéal pour venir avec ses enfants et ses petits-enfants, assure Lucien Loiselle. Entre les pique-niques de famille au bord de la rivière et le kayak, c’est un environnement très agréable. Les propriétaires ont créé une piscine naturelle avec l’eau de la rivière, ce qui est vraiment super pour les petits-enfants, on n’a pas besoin de s’inquiéter par rapport au courant. »

Chaque été, les campeurs peuvent ainsi profiter des nombreuses activités proposées sur le lieu de campement. Du festival de musique aux feux de camp en passant par les ateliers d’interprétation historique, petits et grands y trouveront chaussure à leur pied.

Georges Beaudry

Un environnement hors normes

Mais pour la famille Loiselle, pas besoin d’activités lorsque le cadre naturel se suffit à lui-même. Pour cinq jours ou pour une fin de semaine, ils viennent se ressourcer avec des amis, observer les étoiles et prendre un bol d’air frais dans ce coin de pays 100 % naturel. Et pour cause, la vallée de la rivière Roseau, c’est pas moins de 30 kilomètres de rapides, une géographie rarissime en plein milieu des prairies.

Au bord de la rivière Roseau, la vie est rythmée au fil des saisons qui métamorphosent le cours d’eau. « Personnellement, j’aime beaucoup y aller au printemps, car la rivière est vraiment haute, assure Lucienne Loiselle. Les petits-enfants peuvent faire du kayak, il y a beaucoup de végétation et de fleurs sauvages, c’est magnifique. »

Après la période estivale, les berges de la rivière Roseau gardent leur charme pour l’automne. Les amoureux de la nature peuvent alors prendre une fin de semaine pour marcher dans le bois, sur les pistes aménagées par Georges Beaudry lui-même, le propriétaire de ce petit coin de paradis.

Au cœur de la culture autochtone

« La rivière Roseau est une des premières rivières empruntées par La Vérendrye, c’était une rivière de Voyageurs, explique Georges Beaudry, fin connaisseur de l’histoire du Manitoba. Et en aval de la rivière, on trouve le Chemin Saint-Paul qui était utilisé par les Métis au 19e siècle pour la traite des fourrures. C’était le passage entre la Rivière Rouge et le Mississippi. Nous sommes donc situés au carrefour de deux endroits historiques pour la communauté francophone. C’est ici qu’ont eu lieu les premiers contacts entre les Autochtones et les blancs. Nous nous trouvons dans une région riche d’histoires que les gens ne connaissent pas. »

Les passionnés d’histoire pourront donc vivre ici une expérience historique hors du commun. Le camp autochtone offre à ceux qui le souhaitent de vivre quelques jours à la manière des Métis. Dormir sur une peau de bison dans un tipi, cuisiner sa propre galette, découvrir les histoires des Voyageurs et les légendes autochtones, faire du tissage et chanter autour du feu, autant d’expériences uniques et authentiques que vous propose O’Roseau.

Le charme du sentier historique

« Sur les vieilles cartes des Voyageurs, on voit un sentier qui contourne les rapides, assure Georges Beaudry. Ce sentier, qui était le chemin de guerre des Sioux, est celui qui passe à côté de chez nous. C’est un tronçon du sentier transcanadien et je m’occupe de l’entretenir. »

En motoneige ou en ski de fond l’hiver, en tout-terrain ou à pied l’été, les quelque 10 kilomètres de sentier sont un espace de ballade sans équivalent. Le long de ce sentier de verdure, les passants attentifs pourront goûter aux raisons sauvages et aux pimbinas. Les plus chanceux pourront même voir passer des chevreuils, des lièvres, des perdrix ou encore des dindes sauvages. En effet, la faune et la flore de la région sont riches de diversité.

« Nous avons fait un inventaire de tous les arbres et les feuilles présents sur notre terrain et nous organisons aussi des ateliers d’interprétation naturelle, » confie Georges Beaudry.

En harmonie avec la nature

« Nous voulons faire vivre une expérience de nature aux personnes qui viennent ici, assure Georges Beaudry. Il faut arrêter les moteurs, respirer l’air frais et écouter les oiseaux. Le soir, il n’y a plus aucune lumière humaine, on est seuls au monde et on peut regarder les étoiles tranquillement. »

Sur les 200 acres que possèdent Georges Beaudry et son épouse, la majeure partie est toujours à son état originel. Toutes les herbes qui sont dans cette prairie vierge s’y trouvent depuis des millénaires.

Pourquoi venir à Saint-Malo ? 

La région de Saint-Malo en elle-même est un concentré d’activités toutes plus intéressantes les unes que les autres. Située dans le sud du Manitoba, en plein milieu des prairies, elle vous donnera la chance de profiter des belles journées chaudes pour vos vacances d’été. Le parc provincial de Saint-Malo et son lac de baignade offrent un lieu de rafraîchissement en plein air tandis que les amateurs de tourisme spirituel et religieux trouveront refuge dans la grotte de Saint-Malo, une reproduction de la grotte de Notre-Dame-de-Lourdes.

« Notre attraction touristique un peu cachée et plus secrète, c’est la grotte, affirme la coordonnatrice de développement touristique au CDEM (Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba), Camille Fisette-Mulaire. C’est un coin de ressourcement pour les familles. »

Pour les familles avides de nouvelles expériences, la ferme d’alpagas Dan Di Alpacas offre des ateliers pour apprendre à filer sa propre laine. Enfin, le musée des pionniers de Saint-Malo vous permettra d’en apprendre plus sur ce charmant village francophone proche de la Rivière Rouge.

« La vie à Saint-Malo est très saisonnière, affirme Camille Fisette-Mulaire. C’est très agréable de passer du temps ici l’été avec les petits restaurants. C’est une ville qui se développe beaucoup pour le tourisme. »

Coordonnés

Commandez votre magazine

Feedback Form